Mots d'évanescence (pensées,dérobades)

Mots d'évanescence (pensées,dérobades)

Giuseppina

 

Qui aurait pu dire que tu ne verrais pas

l'aube de tes cinquante quatre printemps.

Toi qui chantonnait "c'est la fête" en riant,

"un beau roman, une belle histoire" pourtant !

 

Giuseppina, les grands yeux bleus outre-mer.

Qui rêvait de Fugain mais l'esprit terre à terre,

toujours prête à partir pour l'une de ses guerres :

rallier des voix pour Michel au concert ...

 

Que de souvenirs trop longtemps remisés.

La vie s'est occupée à nous séparée.

Tu es repartie en Sicile te marier

et moi en Allemagne j'ai convolé !

 

Les années ont défilées et on s'est perdues,

loin des yeux peu à peu on est devenues

à des kilomètres de simples inconnues

que le temps et la vie à perdu de vue !

 

Je te rend aujourd'hui ce dernier hommage

toi l'amie du temps des écolières sages.

Je garderai de toi, ton regard en image,

la mort jamais ne pourra le mettre en cage .

 

fabienne, mai 2012



07/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres