Mots d'évanescence (pensées,dérobades)

Mots d'évanescence (pensées,dérobades)

L'automne meurtrier

 

Ce chemin recelait un mystère

à la fois féérique et austère.

Telle l'odeur de ces tubéreuses

aux arrogances trop capiteuses.


Déroulant sur l'asphalte noircie,

la traîne de sa robe jaunie,

le temps, un l'instant, est suspendu

à l'automne qui s'est dévêtu.

 

La rouille colore l'horizon

éclats de rubis ou sable blond,
 
partout des tapis de feuilles mortes.

Apothéose de couleurs fortes.
 
 
 
Ce chemin ne menait nulle part.
 
Porte ouverte sur un cauchemar,
 
les arbres imposants et silencieux
 
ébrouent leurs branches dans les cieux.
 
 
 
La forêt m'a oté ton amour
 
tu as pris un aller sans retour
 
j'ai pleuré sur le grenat versé
 
ce sang dont ton corps s'est délesté.
 
 
 
L'automne est devenu assassin.
 
Nonchalant sous ses airs de dédain.
 
Il pavane sans aucun regret
 
emportant avec lui son secret.
 
 
 
17OCT2010, fabienne
 
 
 
 
 
 
 


03/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres